ARCHIVES 1980 / 2005

Dans les années 90s, Gilles Berquet se fait remarquer par des photographies empreintes d’une forte charge sexuelle.

Elles montrent le plus souvent le corps féminin fétichisé, sous une forme sciemment théâtralisée qui les rend étrangement équivoques.

“L’image du corps telle que la confectionne Berquet tend à décevoir le voyeur, ce frère jumeau et maudit de l’amateur d’art,

et c’est bien en cela qu’elle est une œuvre d’art, et non tout bonnement une image pornographique”

Paul Ardenne - Figures de la sexualité dans l’art des années 90.

ENVOI DE LENOIRLENOIR.html
EARLY WORKSARCHIVE.html
LES VOYEURS MODERNESvoyeurs_modernes.html
LE MUSCLE DU SOMMEILle_muscle_du_sommeil.html

GALERIES

« Par-delà le bien et le mal, en invitant à user du principe de plaisir pour informer le principe de réalité, en sollicitant,

sans les condamner à priori, les forces sadiques et masochistes pour les passer au crible contractuel, puis y recourir dans

une logique positive - bâtir une intersubjectivité solaire -, en célébrant le corps artificialisé qui sublime les nécessités naturelles

en techniques corporelles, en indexant le culturel païen sur du culturel hédoniste, en invitant à ajouter puissamment au signe bestial

primaire le coefficient cérébral secondaire, les œuvres de Gilles Berquet mettent nettement à distance la barbarie et la sauvagerie

du monde. »

Michel Onfray - en préface du livre «Sur Rendez-vous» aux éditions JP Faur - 2000.

MIRKABLOW_UP.html